© 2019 François Bazin 

  • Noir Icône Instagram

City Fog 2017

Ce deuxième projet suit une même ligne directrice : celle que le design, au même titre que plusieurs disciplines dont l’art, puisse être vecteur de messages visant à mettre en exergue un problème environnemental et sociétal, afin de créer une prise de conscience.

Ici, c’est la pollution atmosphérique dans les grandes villes et plus largement les émissions de CO2 résultant de l’activité humaine et ses conséquences sur la planète Terre et notre santé que j’ai voulu dénoncer.

La lampe à poser « City Fog » ou brouillard urbain, vise à présenter le parcours du Co2 émis par l’homme, de son émission dans les villes, puis de sa captation par les arbres en croissance pour enfin être libéré lors de la mort de l’arbre ou comme dans le cas présent, par sa combustion.

« City Fog » décrit un cycle perpétuel d’absorption et de libération d’un gaz qui ne peut être stocké que momentanément par la nature mais qui ne disparaît pas.

Base en bois réalisée par un artisan tourneur sur bois, puis brûlé au chalumeau via la technique japonaise du shou-sugi-ban (référence à l’arbre) pour ensuite être recouverte d’un vernis mat.

Le globe est en verre soufflé puis dépoli (référence au brouillard) et la base du globe est en laiton.